Historique

Dès l’époque gallo-romaine, la cité constitue un carrefour entre la voie reliant Avaricum (Bourges) à Gergovie (Lyon) et celle allant de bourbon à Drevant (au sud du cher). L’eau des étangs, avec la forêt et le minerai, sont à l’origine de l’essor de Saint-Bonnet-Tronçais.
Le nom de la commune fait référence à la forêt de Tronçais. Tronçais dérive du mot tronce en vieux français qui désigne les gros troncs de chêne.
La commune porte ce nom depuis 1893. Auparavant elle s’appelait Saint-Bonnet le désert.
Sur le blason communal voisinent la crosse du Saint, l’enclume des forges, la feuille de chêne et l’incontournable fleur de lys.
Bonnet, Bonet, ou Bont naquit en Auvergne d’une famille sénatoriale.
Après le décès de son père, il mena la vie d’un religieux chaste et droit. Thierry III roi d’Austrasie et de Neustrie lui confia le gouvernement de Marseilles. Bonnet travailla à faire disparaître l’esclavage et effacer les dissensions. Son frère, Avit, malade, évêque de Clermont le demanda comme successeur. Au retour d’un pèlerinage à Rome, il fut frappé par la goutte et mourut à Lyon en 710.Dans le centre de la France, de nombreux villages portent le nom de ce Saint.

Les commentaires sont fermés.